Trouble du Comportement

                                                                                            

 

http://solutions.sante-corps-esprit.com/alzheimer-v2/?sourcecode=XSW2T557&sourcecode2=XSW2T558&coreg=1&gclid=CKfZ1eTN4NUCFe4Q0wodi9oKWA

 

 

http://www.pole-alzheimer.fr/france-alzheimer-catalogne/

 

Ces troubles qui nous troublent

Le malade atteint de la maladie d’Alzheimer présente des troubles du comportement, de la mémoire, et ces terribles trois A (Aphasie, Apraxie, Agnosie), c’est-à-dire des troubles du langage, de l’exécution et de la reconnaissance.

Toutes les facultés de la personne se détériorent petit à petit avec pour conséquence une transformation de ses comportements.

Chacune de ses nouvelles attitudes sont le fruit de ses fonctions cognitives altérées.

Chaque trouble du comportement a un sens que l’aidant ou le soignant doit apprendre à décrypter pour accompagner le malade avec calme et compréhension de ce qui se passe dans son cerveau en pleine mutation.

C’est à nous d’adapter notre façon de faire, d’être et l’environnement pour que le malade se sente bien.

 

Quels sens aux troubles ?

La déambulation parce que la personne atteinte d’Alzheimer ne sait plus s’orienter ou qu’elle pense devoir aller quelque part en lien avec son passé, chercher ses enfants à l’école par exemple. Ce peut être aussi un substitut d’activité. 

 

L’agitation parce qu’elle ressent un mal être qu’elle ne peut exprimer, l’envie d’aller aux WC, le froid, des maux  de tête….

 

Des gestes d’opposition et des réactions de défense à des incompréhensions de ce qu’on attend d’elle. La personne malade ne parvient plus à appréhender les  contextes, à reconnaitre les lieux, à associer, à raisonner…

 

De l’angoisse parce qu’elle ne reconnait ni les lieux, ni les personnes, parce qu’elle plonge dans son passé et doit rentrer, aller au travail, nourrir les poules…

.

De l’énervement parce qu’elle ne parvient plus à exécuter une action y compris simple comme tourner un robinet, enfiler ses chaussures. Parce qu’elle n’arrive plus à comprendre les mots et à exprimer ses pensées.

 

Des idées délirantes, des peurs en lien avec une mauvaise interprétation d’un bruit, d’un regard, d’un film à la TV …

 

Des poursuites de l’aidant ou du soignant comme un poisson pilote parce qu’il est le phare qui le guide.

 

Des déplacements, des emballages d’objets comme substitut d’activités, pour les cacher de peur qu’on les vole, pour dissimuler une incontinence…

 

Des propos ou comportements désinhibés parce que les filtres sociaux sont tombés et qu’il subsiste une façon d’être "nature" en lien avec l’environnent, par exemple se déshabiller parce qu’il fait trop chaud.

 

Des questionnements en boucle, des écholalies pour exprimer une angoisse et parce que la personne ne peut plus encoder les réponses.

 

Une apathie, une prostration en réaction à des frustrations, des échecs à répétition et un manque d’activités.

 Pour chaque trouble du comportement, une observation de la situation est très utile ainsi qu'un repérage de l’élément déclencheur.

 

Activités de courtes durées

Voici  un panel d’activités de courtes durées à proposer à la personne agitée ou apathique pour capter son attention, faire baisser son agitation, lui conserver une place et un rôle et communiquer autrement avec elle.

- Procurez-vous une tour multi tiroirs.

- Un tiroir correspond à une activité.

- Le nom de l’activité est inscrit sur chaque tiroir. 

 

 

 



Réagir


CAPTCHA